Anonim

Le domaine viticole ne cesse de se renforcer depuis la popularité croissante du vin rosé il y a 10 ans, grâce à une génération plus jeune et à l'évolution des habitudes de consommation et des palais des consommateurs.

INRA

Image

Magali Combard, directrice du marketing et des ventes à la Figuière, a déclaré à Beverage Daily que le domaine a toujours pratiqué l'agriculture biologique depuis 1979 et que son vignoble est certifié par Ecocert, un organisme de certification du développement durable.

" Plus nous avons de vignes, plus nous obtenons de certifications, et le consommateur en est de plus en plus conscient et intéressé. Il n'y a même pas été question de vin biologique, mais aujourd'hui, les gens le recherchent ", a-t-elle déclaré. .

« Toute notre philosophie concerne la protection de l'environnement en utilisant moins de produits chimiques. Nous ne sommes pas autorisés à utiliser ces types de produits étant donné la certification, mais l'utilisation d'abeilles, d'oiseaux et de chauves-souris va encore plus loin en ramenant les animaux dans la nature. Par exemple, les chauves-souris mangent les papillons de nuit, qui sont nocifs pour les vignes, car ils pondent des œufs qui se transforment ensuite en vers et détruisent les vignes .

« Nous avons installé des cages à oiseaux dans tout le vignoble pour les encourager à vivre dans les vignes. Les mésanges (mésanges bleues, mésanges) sont de petits oiseaux à la nuque jaune et, une fois installés, dans un lieu, ils restent et mangent les insectes. Nous avons lancé le projet il y a trois mois, mais il faudra un certain temps avant de voir des résultats, car les animaux ont besoin de temps pour s'habituer à un lieu. L’INRA nous suit dans notre projet car il s’intéresse à la science de la réinsertion des animaux dans la nature, en reliant la chaîne du cycle écologique, essentielle à l’environnement ».

Combard a ajouté que, comme pour tout, il est important de présenter de nouvelles idées et d’essayer différentes techniques afin de se développer et de se développer en tant qu’entreprise.

« Nous avons des vers ('lombric' ou 'ver de terre') que nous introduisons dans les vignes et que nous cultivons et cultivons ici dans des pépinières sur le domaine. Ils oxygènent la terre et leurs excréments sont riches, comme le caviar de la terre. Chaque fois que nous avons de nouvelles plantations, nous utilisons l'engrais des vers pour donner aux plantes une meilleure chance de se développer », a-t-elle déclaré.

Plans d'expansion Un séjour sans faille

En termes d'expansion, Combard a déclaré en Provence qu'il était plus difficile et plus difficile d'obtenir davantage de vignes, car les droits de plantation sont limités en raison de restrictions liées à la protection de l'environnement. Les autorités locales veulent protéger leurs zones naturelles sauvages et réduire le nombre de constructions et ne pas trop élargir la région.

« Même pour nous, c'est difficile à développer. Nous avons de petits droits de plantation chaque année mais pas assez pour le développement économique. L'autre façon dont nous devons aborder notre entreprise en expansion consiste à acheter de nouveaux vignobles. La Provence est une région très exigeante pour le rosé et nous exportons beaucoup plus à l'étranger. Sur le plan intérieur également, la demande de rosé a augmenté au cours des cinq dernières années et dépasse même le vin blanc ici », a-t-elle déclaré.

Image

« Nous sommes sur le point d'acheter de nouveaux vignobles, les informations sont pour le moment confidentielles, mais c'est à environ une demi-heure de La Londe-les-Maures et nous ferons une annonce dans les prochains mois. Les affaires ici en Provence vont bien, nous avons un grand développement et de gros investisseurs viennent .

Image

« En Provence, depuis toujours, nous sommes connus pour notre rosé et la nouvelle génération de consommateurs a commencé à boire du rosé parce qu'il est fruité, frais et facile à boire. C'est un autre âge pour consommer des vins, une conception plus décontractée et relaxante .

« LVMH Moët Hennessy vient d'acquérir un domaine en Provence, ce qui en fait un endroit très demandé, un lieu d'investissement et le vin y est très prisé. Il y a 20 ans, c'était une région viticole pauvre, mais tout a commencé à décoller grâce au rosé. Les nouvelles de LVMH sont bonnes et mauvaises. C'est bien parce que cela montre à quel point cette région viticole est attrayante et combien le vin est exigeant avec la popularité du rosé.

« Mais nous sommes dans une sorte de situation spéculative en ce moment en Provence. Les prix de l'immobilier sont en hausse, c'est un domaine confortable pour les investisseurs avec de bonnes marges et un retour sur investissement. Nous avons de gros gars qui frappent à la porte parce qu'il y a une forte demande sur le marché.

« Au fur et à mesure que la Provence deviendra une marque bien connue, LVMH aura le pouvoir financier de se développer rapidement. Ils auront besoin de beaucoup de volume. Ils auront 68 hectares de vignes, ils devront donc s'approvisionner ailleurs et payer un prix élevé pour que les plus petits vignobles gérés par la famille soient surévalués. C'était déjà arrivé quand notre production avait baissé en 2017 en raison d'une vague de chaleur. L'année dernière, nous avons eu trop de pluie. La région a donc dû faire face à un manque de volume et les prix ont augmenté, alors que LVMH dispose d'énormes canaux de distribution .

« C’est effrayant, mais d’un autre côté, cela apporte une renommée à la région et LVMH est doué en marketing et en communication. La Provence devient une marque à part entière, à l'image de la Champagne. Mais nous sommes motivés pour produire le meilleur vin et le meilleur rosé possible. Nous ne cherchons pas le volume, nous nous concentrons sur la qualité . ”

Moët Hennessy a annoncé en mai la conclusion d'un "accord définitif" portant sur l'acquisition du Château du Galoupet, Cru Classé en Côtes-de-Provence (pour un montant estimé à 30 M €). La transaction devrait être finalisée au cours du second semestre 2019.

L'accord final pour l'achat a été convenu avec les propriétaires, la famille anglo-indienne Shivdasani. Le financier Indoo Shivdasani, qui possédait également le Domaine Saint-Jean-de-Villecroze et le Château Vignelaure pendant quelques années, l’a acquis en 1973. Indoo Shivdasani est décédé en 1979, mais son épouse, Lakshmi, ses deux fils Sonu et Azad et sa petite-fille Bina a repris la succession.

Le Château du Galoupet est basé à La Londe-les-Maures et couvre une superficie totale de 160 hectares, dont 68 hectares de vignes situées dans un bloc unique produisant trois catégories de vins: le rosé (90%), le rouge (5%) et le blanc (5%). %).

En réponse à une demande croissante, le Château du Galoupet a un vin rosé et Moët Hennessy a annoncé qu'il partagerait son expertise en vinification et en développement du domaine afin d'ajouter à son portefeuille un Cru Classé de Provence, son premier vin rosé.

Il souhaite également «valoriser 89 hectares non plantés» dans le respect de l'environnement préservé.

Le château de Galoupet produit environ 480 000 bouteilles par an, dont environ 450 000 bouteilles de rosé. Son rosé classique est un assemblage de grenache et de cinsault auquel le château ajoute de la syrah, du mourvèdre et du tibouren. Le domaine produit également un rosé appelé Tibur, 90% Tibouren et 10% Grenache.

Image

La consommation mondiale de vin rosé a augmenté de 28% en volume entre 2002 et 2017, selon l'Observatoire Mondial du Rosé et le Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence. La France, qui reste le principal exportateur de rosé haut de gamme, a vu ses exportations progresser de 40% en valeur entre 2014 et 2017.

LVMH possède plusieurs vignobles, notamment les châteaux de Cheval Blanc et d'Yquem à Bordeaux, le Clos des Lambrays en Bourgogne, qu'elle a acquis en 2017, et les Californian Colgin Cellars, ajoutant une troisième marque à son portefeuille dans la Napa Valley.

Selon le journal français Le Figaro, "tout le monde attendait Moët Hennessy en Provence". En tant que force géante sur le marché du cognac et du champagne, la société est également très présente dans les vins mousseux et possède une vaste collection de vins fins, de Saint-Emilion à la Napa Valley, en Californie.

Image

Cette année seulement, Figuière ajoutera deux ajouts à sa collection. cuvée expérimentale, millésime rouge, Figure n ° 1 (appartenant à la gamme Les Expérimentales), composée de raisins 100% mourvèdre, il n’existe que 750 bouteilles de ce vin disponible en magnum, publiées en septembre.

Le vin est élevé en barriques de 330 litres pendant 18 mois et a un bon potentiel de vieillissement de 10 ans en cave.

« Nous lançons également notre deuxième rosé, qui a été vieilli dans du bois, ce que la région doit réexaminer car les prix augmentent pour le rosé et nous devons apporter une valeur ajoutée à nos vins », a déclaré Combard.

« Nous devons gagner la bataille pour que les consommateurs comprennent que le rosé n’est pas seulement une boisson agréable pour l’été, il peut aussi être un grand vin, car nous utilisons la même technique que le vin blanc. La seule différence est la couleur. Nous pouvons utiliser les mêmes techniques viticoles qu’un grand chablis et c’est ce que nous voulons démontrer. Tous les viticulteurs de la région doivent avoir cette discussion sur le rosé et la remettre à sa juste place en tant que vin gastronomique associé à de la nourriture .

« Il est vrai que vous pouvez le faire différemment, et l'une des techniques que nous avons trouvées consiste à faire vieillir le vin dans du bois. Auparavant, c'était fait en cuves, mais nous avons testé la technique pendant cinq ans et sommes arrivés au point où nous pouvons libérer ce vin. Nous apprenons à faire des rosés sans arômes de bois, mais vieillis dans du bois pour plus de complexité et de texture.

« Notre premier lancement a eu lieu en mars dernier, la cuvée est composée de mourvèdre à 60% et de grenache à 40%, vieilli huit mois dans le bois, les raisins sont vieillis séparément, car le grenache avalait le bois plus que le mourvèdre.

« Nous avons sélectionné le chêne français de la forêt des Vosges de la côte est. Nous avons également appris que le nouveau chêne n'était pas bon et que nous devions utiliser des barriques âgées. Nous utilisons donc des barriques âgées de 2 à 5 ans. C'est une méthode très délicate avec une nouvelle version en octobre intitulée «Pionniere», qui introduit l'idée d'un vin rosé gastronomique . »

L'Assiette Figuière

Image

Pour mettre en valeur les vins du domaine et ceux de toute la France, la famille Combard a lancé un restaurant sur place dans le cadre d'un projet pilote appelé L'Assiette pour deux mois.

“ L'Assiette était un rêve qui était le nôtre et que nous voulions faire depuis longtemps. Nous avons beaucoup de restaurateurs parmi nous. Nous savons à quel point il est difficile d'exploiter un restaurant et nous voulions trouver le bon chef, le le cousin de la famille, Sébastien Liegeard », a ajouté Combard.

« Le restaurant a ouvert ses portes il y a trois semaines et présentera nos propres vins, accompagnés de plats de dégustation faits maison, ainsi que de vins d'autres régions, pour éduquer les gens sur le vin. Nous sommes des producteurs de vin et nous voulons que les gens profitent du meilleur de ce qu’ils ont à offrir. ”

L'Assiette est actuellement ouvert uniquement du mardi au samedi soir (portes ouvrant à 18h), avec un menu de; tartare de poisson, tataki de veau, toast au fromage de chèvre local et salade, entre autres.

« Le restaurant ne sera pas ouvert après septembre car nous ne sommes ouverts que pendant deux mois pour tester le concept. Mais nous sommes sur la bonne voie et nous ouvrirons l’année prochaine de Pâques à mi-septembre », a déclaré Combard.

« Nous ne pouvons jamais ouvrir un nouveau bâtiment dans nos locaux car nous n’avons pas de permis pour une entreprise commerciale. Nous sommes uniquement autorisés à construire des installations agricoles sur place ou à élargir notre ligne d'embouteillage ou de stockage. L'Assiette est sur place et nous avons demandé une licence de restaurant. ”

Image