Anonim

La société a déclaré qu'elle était "prudente" pour aller de l'avant, citant des facteurs tels que la concurrence intense, la nouvelle taxe de vente et de service (SST) mise en œuvre en septembre dernier et la préoccupation constante de la bière de contrebande.

«L'environnement externe reste difficile», a déclaré Roland Bala, directeur général de Heineken Malaysia.

«Face au ralentissement des taux de croissance mondiaux, à la volatilité des devises et à l’incertitude sur les marchés des produits de base, nous devrons adopter une approche prudente en matière de gestion des coûts.»

Parmi ces mesures de gestion des coûts figure une hausse des produits de la société, qui devrait être augmentée d’un maximum de 5% d’ici le 1er avril.

Cela faisait suite à une augmentation des coûts opérationnels, qui inclurait les prix des matières premières et des emballages.

Heineken Malaysia possède et exploite bon nombre des principales marques de bière et de boissons du pays, notamment Heineken, Tiger, Guinness, Kirin et Kilkenny.

Cela étant dit, Heineken a annoncé des résultats louables dans son rapport financier pour 2018, avec un chiffre d’affaires en hausse de 2, 8 milliards RMB par rapport à 1, 87 milliard RMB l’année précédente, soit une croissance de 8, 3%.

Le bénéfice net a également augmenté de 4, 6% pour atteindre 283 millions de RMB par rapport à 270 millions en 2017.

Cela a été attribué à «l'augmentation du volume des ventes, aux ajustements de prix [antérieurs] du 15 avril 2018 et à la mise en œuvre de la SST [en septembre dernier]» .

«[Nous] restons concentrés sur la pérennité de nos activités, de l'orge à la bar [et] continuons à promouvoir une croissance durable [via nos collaborateurs, nos marques et nos efforts de protection de l'environnement]», a déclaré Bala.

Heineken n'était pas la seule entreprise brassicole à avoir augmenté ses prix en Malaisie ces derniers mois.

En septembre dernier, son principal concurrent local, Carlsberg Malaysia, a augmenté ses prix d'environ 5, 5%, à la suite de la mise en œuvre de la SST dans le pays.

"Nous nous attendons à ce que la mise en œuvre de la SST ait un impact négatif sur les dépenses de consommation de bière", a déclaré précédemment Lars Lehmann, directeur général de Carlsberg Malaysia.

"[C'est notamment le cas] dans le commerce de proximité, qui est soumis à la double imposition à la fois de la taxe de vente de 10% sur les produits au niveau du fabricant et de la taxe de service de 6% au niveau de la vente au détail, tels que les restaurants et les bars dont le revenu annuel est supérieur à 1, 5 RM millions. "

«Bien que les ventes hors marché ne soient plus soumises à la TPS de 6%, nos clients peuvent répercuter leurs taxes et leurs coûts commerciaux supplémentaires liés à la mise en œuvre de la technologie SST»

La bière de contrebande est un problème majeur dans le secteur de la bière en Malaisie et Heineken le considère comme un problème «important» .