Anonim

Selon le CSPI, la CFA et la NCL, les propositions n'imposent pas aux marques de mettre des informations sur la teneur en alcool, la taille de la portion, les calories, les ingrédients et les allergènes sur les étiquettes.

Le TTB a récemment établi des plans pour réorganiser et recodifier les réglementations en matière d'étiquetage et de publicité pour le vin, les spiritueux distillés et les boissons à base de malt. La proposition est énoncée dans “Modernisation de la réglementation en matière d’étiquetage et de publicité des vins, des spiritueux distillés et des boissons à base de malt” (Avis n ° 176) ".

Fournir aux consommateurs des informations

Dans une lettre au secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, le CSPI, le CFA et le NCL ont exprimé l’espoir que "cette réglementation permettrait de clarifier et de rendre plus cohérente la réglementation des boissons alcoolisées", mais a également déclaré que cette proposition "est nettement inférieure à ce qui est actuellement prévu." vraiment «moderniser» l’étiquetage de l’alcool ».

Les organisations soutiennent que les consommateurs souhaitent que les étiquettes des boissons alcoolisées contiennent des informations sur la teneur en alcool, la taille de la portion, les calories, les ingrédients et les allergènes. Mais la plupart des emballages actuels ne reflètent pas cela.

«Non seulement les consommateurs veulent cette information; le TTB en a besoin pour s'acquitter de l'obligation qui lui incombe en vertu de la Loi sur l'administration fédérale des alcools (FAA) de 1935, qui lui ordonne de veiller à ce que l'étiquetage de l'alcool et la publicité "fournissent au consommateur des informations adéquates sur l'identité et la qualité des produits", "Les groupes ont dit.

En 2003, le CSPI a fourni au TTB des données d'enquête suggérant que 89% des adultes étaient favorables à l'étiquetage du contenu en calories. La NCL, la CSPI et 67 autres organisations ont demandé à la TTB d’exiger une étiquette de présentation semblable à celle utilisée sur les aliments et les boissons emballés.

L’enquête réalisée en 2003 par le CSPI indiquait que 94% des adultes américains étaient favorables à l’étiquetage de la teneur en alcool des boissons alcoolisées, 91% de l’étiquetage des ingrédients, 89% de la teneur en calories et 84% de la taille de la portion.

En 2006, le TTB a publié un projet de règles exigeant un étiquetage obligatoire des allergènes, suivi de l’information sur la publication en 2007. Mais aucune de ces règles n’a été finalisée et la plupart des informations figurant sur l’étiquette sont facultatives.

«Les consommateurs s'attendent - et ont besoin - de savoir ce qu'ils boivent pour faire des choix éclairés», ont déclaré les groupes, soulignant son importance en soulignant qu ' «à compter de mai 2018, des informations clés sur les calories et la nutrition doivent également être fournies à la chaîne. restaurants, y compris pour l'alcool quand il apparaît sur le menu. "

Les groupes ont écrit: «Bien que la règle proposée offre certains avantages en termes d'ajustements mineurs aux règles d'étiquetage, elle exclut explicitement toute action dans les domaines les plus préoccupants pour les consommateurs, « en raison de leur complexité ».

«Bien que le TTB puisse penser que les problèmes sont complexes, l’agence a maintenant plus d’une décennie pour les examiner et les règles visant à fournir ces informations clés sont déjà bien avancées. Ces règles devraient être prioritaires dans tout effort de modernisation de l'étiquetage de l'alcool. "