Anonim

Le rapport, déjà approuvé par la commission de l'agriculture du Parlement, indique que les États membres devraient pouvoir opposer leur veto aux systèmes d'arrachage et avoir également accès aux subventions à la distillation.

Un porte-parole du Parlement a déclaré à BeverageDaily.com que le rapport avait une bonne chance de passer à travers pratiquement indemne lorsqu’il a été mis au vote, prévu pour mercredi.

Si elle est adoptée, cette décision constituerait une réprimande du Parlement contre les projets de réforme du vin de la Commission, même si les fonctionnaires de la Commission ne seraient nullement tenus de changer de position.

En juin dernier, la Commission avait proposé de détruire 400 000 hectares de vignes afin de drainer le surplus de vin européen de 1, 5 milliard de litres. Elle consacre près de la moitié de son budget annuel en vin, environ 500 millions d’euros, à la distillation de vins qui ne se vendront pas, en grande partie à cause de la concurrence croissante du Nouveau Monde.

Katerina Batzeli, l'auteur socialiste du rapport du Parlement, a déclaré dans une déclaration avant le débat de ce soir: "La communication de la Commission ne reflète pas les besoins réels du secteur vitivinicole européen.

"Sa logique" comptable "de propositions sur l'arrachage, l'abolition immédiate des distillations ainsi que sur l'enrichissement, vise uniquement à réaliser des économies budgétaires."

Elle a ajouté que les propositions de son rapport visaient plutôt à renforcer la qualité, à améliorer le marketing et à adopter une politique commerciale "agressive" , ainsi qu'à accorder une plus grande attention à la protection de l'environnement.

Quelque 70 amendements seront débattus mardi dans le rapport de M. Batzeli, bien que deux seulement émanent de grands partis au Parlement - et ils sont considérés comme des points relativement mineurs.