Anonim

Dans sa mise à jour des opérations pour l'exercice se terminant le 31 mars 2007, la société a déclaré que, même si les opérations globales pour les neuf mois clos le 31 décembre 2006 ont largement dépassé la période correspondante de l'exercice précédent, la contribution plus faible que prévu de Splenda sucralose signifie que la croissance des bénéfices à valeur ajoutée sera nettement inférieure à l'objectif de 30% fixé par le groupe.

Compte tenu de cela et de l'impact sur les résultats à l'étranger de la dépréciation du dollar américain, le résultat net avant impôt, les éléments exceptionnels et l'amortissement du groupe au 31 mars 2007 devraient maintenant être légèrement inférieurs aux prévisions actuelles du marché, bien en avance sur l'année précédente. .

"Splenda sucralose a enregistré une bonne demande dans les secteurs de l'alimentation et des boissons non alcoolisées et l'expansion internationale est bien avancée, maintenant que la capacité de fabrication est disponible", a déclaré la société dans son communiqué de presse.

"Nous avons un vaste portefeuille de développement de produits avec nos clients sur plusieurs marchés, bien que le processus de reformulation prenne plus de temps que prévu. Les volumes destinés au secteur américain des boissons gazeuses non alcoolisées n'ont pas répondu à nos attentes cette année et des ressources supplémentaires ont été déployées pour y remédier . "

La société a déclaré qu'alors que les produits Food & Industrial Ingredients en Amérique continuaient à afficher de fortes performances, les produits Food & Industrial Ingredients en Europe avaient atteint ce qu'ils qualifiaient de "cycle de tarification satisfaisant pour l'année civile 2007" .

Les résultats du deuxième semestre devraient maintenant être similaires à ceux de la période correspondante de l’exercice précédent, bien qu’ayant bénéficié d’une réduction de l’amortissement. Sucres, l’Europe subira l’impact négatif de l’offre excédentaire de sucre sur le marché, conséquence de la lente restitution des quotas à ce jour.

Les secteurs du sucre, des Amériques et de l’Asie continuent de répondre aux attentes du groupe.

L’année dernière, Tate & Lyle a été difficile, mais pas autant que 2005, lorsque les bénéfices ont chuté de 79% à 62 millions d’euros. Les modifications apportées au régime du sucre de l'UE ont frappé durement l'entreprise. Depuis, Tate & Lyle s'emploie activement à développer une stratégie adaptée à la nouvelle situation.