Anonim

S'exprimant lors d'une conférence agricole à Oxford, au Royaume-Uni, hier, elle a déclaré que, si la PAC (politique agricole commune) a déjà été réformée, une analyse majeure à venir de ce à quoi pourrait ressembler la PAC après 2013 aura une influence significative sur l'orientation de l'alimentation européenne. politique pour les années à venir.

"Cela sera fait dans le cadre d'une révision générale du budget de l'Union européenne", a-t- elle déclaré.

"C'est le contexte politique pour le développement futur de la PAC et d'une vision pour l'agriculture."

Un principe fondamental est que le secteur agricole du futur doit être un secteur agricole compétitif. Boel a déclaré que les producteurs de denrées alimentaires devaient s'attendre à ce que les tarifs d'importation continuent de baisser avec le temps et qu'ils soient conscients que les grands exportateurs de produits agricoles à faible coût sont impatients de tirer parti de cette tendance.

"Ce n'est pas une prophétie de malheur", a-t- elle déclaré.

"Dans le secteur agroalimentaire, nous pouvons passer beaucoup de temps à nous inquiéter pour le Brésil. Mais combien de fois pensons-nous à des pays tels que l'Inde, où nous exploitons seulement une fraction de la demande potentielle de vins, spiritueux et autres produits de haute qualité que nous produisons si bien? "

Elle a affirmé que l'Europe devrait travailler d'arrache-pied pour éliminer les obstacles qui limitent sa présence sur ces marchés. En outre, il existe des marchés locaux à cultiver, dans lesquels de nombreuses personnes paieront davantage pour des aliments et des boissons qui ont non seulement un goût particulier, mais qui ont également moins de "kilomètres alimentaires".

"La PAC du nouveau siècle est beaucoup plus étroitement axée sur vos efforts pour être compétitif", a déclaré M. Boel.

«C’est l’un des dividendes du découplage, qui permet aux agriculteurs de déchiffrer leurs anciens calculs de subventions et d’exploiter ce qui leur rapportera le meilleur rendement sur le marché».

Boel a également exprimé son point de vue personnel selon lequel les quotas nuisent à la compétitivité. "Nous devons envoyer des signaux clairs pour que les quotas laitiers soient éliminés en 2015", a-t- elle déclaré.

"Mon sentiment est que nous devrions nous rapprocher du découplage complet pour tous les États membres et tous les secteurs au cours des prochaines années, et viser à y parvenir au plus tard après 2013 au plus tard."