Anonim

L'appel fait suite à un récent rapport scientifique qui passe en revue les données actuellement disponibles sur les méthodes d'analyse, l'occurrence, la formation et la toxicité d'exposition.

D'après les données actuellement disponibles, il semble qu'il y ait une différence relativement faible entre les expositions potentielles chez l'homme et les doses chez les animaux de laboratoire produisant des effets cancérogènes.

Cependant, la disponibilité actuelle limitée des données d'occurrence dans les aliments ne permet pas une évaluation rationnelle de l'exposition alimentaire, et une demande d'informations supplémentaires sur l'occurrence de furanne dans les aliments a donc été émise.

L’objectif ultime est d’établir une base de données sur le furanne, qui a été identifiée dans un certain nombre d’aliments soumis à un traitement thermique, tels que les conserves et les bocaux. Le furane, un liquide incolore et volatil utilisé dans certaines industries de fabrication de produits chimiques, provoque le cancer chez les animaux lors d'études où les animaux sont exposés au furanne à des doses élevées.

La base de données sur les furannes sera mise en place pour obtenir davantage de données sur les concentrations réelles de furane dans les aliments afin de permettre une évaluation plus rigoureuse de l'exposition alimentaire aux fins de l'évaluation des risques.

La base de données visera en particulier à fournir des informations supplémentaires dans les domaines suivants: large couverture de différentes catégories d'aliments, y compris les boissons, données sur la variabilité au sein des marques et entre celles-ci, et informations sur les aliments fraîchement préparés.

Quelques progrès récents dans la compréhension du furanne ont été réalisés. Les chercheurs canadiens de l'Université McGill, par exemple, ont affirmé l'année dernière qu'ils pouvaient maintenant expliquer la présence de ce produit chimique dans une vaste gamme de produits alimentaires.

Leur étude a montré comment les acides aminés et les sucres alimentaires se décomposent lorsqu'ils sont chauffés pour produire du furanne. Il a également identifié d'autres composants alimentaires, tels que la vitamine C et les acides gras polyinsaturés, susceptibles de produire du furane en tant que sous-produit indésirable de la cuisson, de l'embouteillage ou de la mise en conserve de produits alimentaires.

Mais les scientifiques ont averti que les niveaux identifiés par les agences américaines et canadiennes étaient bien en dessous de ce qui est considéré comme dangereux. '