Anonim

Soutenir les consommateurs accusés et les entreprises de boissons de «mettre en bouteille» leur devoir de protéger l'environnement et de lutter contre le changement climatique en continuant d'acheter de l'eau embouteillée en quantités record.

Le nouveau rapport du groupe, publié cette semaine, exhorte les consommateurs à boire de l'eau du robinet "pour sauver la planète" . Cette décision pourrait exercer une pression supplémentaire sur les fabricants de boissons à un moment où les préoccupations environnementales sont au centre des préoccupations.

Les critiques affirment que les bouteilles en PET utilisées pour la fabrication de bouteilles d’eau menacent de générer des quantités ingérables de déchets, car elles ne se décomposent pas avec le temps. D’autres disent que fabriquer et transporter les bouteilles consomme beaucoup d’énergie.

Le gouvernement britannique a fait état de ses préoccupations concernant les dommages environnementaux au cours des derniers mois, mais Sustain a attiré l'attention sur des critiques particulières.

Il a reproché à plusieurs ministères, notamment le Cabinet Office, le Trésor et le ministère de la Santé, ainsi que la Chambre des communes, de continuer à servir de l'eau embouteillée lors de réunions.

D'autres, tels que l'Agence des normes alimentaires et le Département de l'environnement, de l'alimentation et des affaires rurales ont opté pour l'eau du robinet.

Sustain a également mis en doute l'engagement des fabricants de boissons à utiliser du plastique recyclé.

Un projet récent mené par le programme d'action pour les déchets et les ressources a testé avec succès l'utilisation de davantage de plastique recyclé dans des bouteilles en PET auprès de certains des plus grands détaillants et entreprises de boissons du Royaume-Uni.

"Toutefois, cela reste l'exception plutôt que la règle, aussi le plastique destiné au recyclage continue-t-il d'être transporté et utilisé à des milliers de kilomètres d'ici [consommant plus d'énergie]", a déclaré Sustain.

Les entreprises d'eau embouteillée, dirigées par Danone, Nestlé et des associations de boissons non alcoolisées, ont répété à maintes reprises qu'elles prétendaient nuire à l'environnement.