L'orthopédie de "Sofiamed" a sauvé la jambe d'un homme de 41 ans grâce à une opération avancée

Table des matières:

L'orthopédie de "Sofiamed" a sauvé la jambe d'un homme de 41 ans grâce à une opération avancée
L'orthopédie de "Sofiamed" a sauvé la jambe d'un homme de 41 ans grâce à une opération avancée
Anonim

Pour la première fois en Bulgarie, les orthopédistes-traumatologues de l'UMBAL "Sofiamed", dirigés par le professeur Dr. Andrey Yotov, ont effectué une opération d'avant-garde pour la mise en place d'une prothèse pelvienne tumorale d'une nouvelle génération, a annoncé l'institution médicale. L'intervention chirurgicale complexe, nécessitant une expérience chirurgicale exceptionnelle, a été réalisée sur un homme de 41 ans atteint d'une tumeur maligne impliquant l'os pelvien et l'articulation de la hanche

Le pronostic donné par les spécialistes dans des cas similaires dans le passé est l'ablation de la moitié et du membre pelviens touchés (hémipelvectomie). Grâce à leur expérience, les spécialistes de l'hôpital universitaire "Sofiamed" sont impliqués dans le cas complexe, retirant la quasi-totalité de la moitié pelvienne et de l'articulation de la hanche, effectuant une reconstruction et plaçant une prothèse artificielle pelvienne spéciale tumeur.Ainsi, ils préservent la fonction de la jambe de l'homme. Une opération d'une complexité et d'une gravité similaires est en cours pour la première fois dans le pays. Elle nécessite à la fois une technique chirurgicale particulière et une instrumentation spécifique.

"On peut dire que les interventions de ce type sont l'une des plus difficiles en chirurgie orthopédique, car on travaille à proximité des organes intrapelviens et abdominaux, des vaisseaux du tronc, des structures nerveuses et des organes du système excréteur", commente le professeur Andrey Yotov, chef de la clinique d'orthopédie et de traumatologie de "Sofiyamed".

Le spécialiste, qui est l'un des rares dans notre pays à développer la chirurgie pelvienne, précise que les prothèses pour des opérations similaires sont des modèles différents, et l'un des plus prometteurs récemment est le soi-disant tige-cône (ressemblant à un cornet de crème glacée). La prothèse est attachée à la partie préservée du bassin et après la période de récupération, le patient peut se déplacer en utilisant le membre qui a conservé ses fonctions. Les prévisions après la fin du programme individuel de réadaptation et de physiothérapie sont que dans les 4 à 6 mois, le patient récupérera et pourra bouger.

Sujet populaire