Les femmes présentant un risque cardiovasculaire accru sont examinées gratuitement à "Alexandrovska"

Table des matières:

Les femmes présentant un risque cardiovasculaire accru sont examinées gratuitement à "Alexandrovska"
Les femmes présentant un risque cardiovasculaire accru sont examinées gratuitement à "Alexandrovska"
Anonim

Les examens seront effectués dans les bureaux d'accueil-consultation en cardiologie du DCC "Alexandrovska" (à gauche de l'Arche), du 6 mars au vendredi, de 12h à 17h. ne sont pas nécessaires. L'inscription a lieu de 13h à 14h par téléphone: 02/9230 586 - m.s. V. Georgieva

À l'occasion de la Journée internationale de la femme - 8 mars, le 6 mars, des examens prophylactiques gratuits seront organisés pour évaluer le risque cardiovasculaire chez les femmes dans les bureaux de cardiologie du DCC "Aleksadrovska". L'initiative est organisée en collaboration avec le groupe de travail "Femmes et risque cardiovasculaire" de la Société des cardiologues de Bulgarie, dans le but de sensibiliser les femmes aux causes et aux risques des maladies cardiaques, en les encourageant à contrôler elles-mêmes les maladies et à les prévenir, en mangeant et en vivant sainement.Il a été démontré que 50 % de la réduction de la mortalité due aux événements coronariens est due à un meilleur contrôle des facteurs de risque et seulement 40 % aux schémas thérapeutiques modernes.

Chez les femmes, les maladies concomitantes sont beaucoup plus souvent présentes, ce qui peut masquer les symptômes des maladies cardiovasculaires. Lors des examens préventifs, l'objectif des spécialistes d'"Alexandrovska" et de la Société des cardiologues de Bulgarie est de détecter les femmes présentant un risque cardiovasculaire accru, chez lesquelles de futurs incidents cardiovasculaires et cérébraux pourraient être évités.

Le problème chez les femmes est particulièrement pertinent pour la Bulgarie en raison de la morbidité et de la mortalité élevées dues aux maladies cardiovasculaires, avec une mortalité totale élevée et une croissance négative. Selon l'Organisation mondiale de la santé, chaque année, 8,6 millions de femmes meurent dans le monde de maladies cardiaques, soit plus que toutes les femmes qui meurent de maladies malignes, de tuberculose, de paludisme et de sida réunis.

Le risque de ces maladies chez les femmes est sous-estimé car il est généralement admis qu'elles sont protégées par les œstrogènes.L'erreur de jugement vient du fait que les femmes jeunes et d'âge moyen, avant la ménopause, ont un risque moindre de maladie cardiaque, mais cette protection disparaît après la ménopause, et si elles présentent des facteurs de risque incontrôlés, elles sont sujettes aux événements cardiovasculaires - crise cardiaque, accident vasculaire cérébral et insuffisance cardiaque. Plus important encore est le fait qu'après la ménopause, l'apparition de facteurs de risque - hypertension artérielle, diabète sucré, tabagisme, obésité et dyslipidémie - augmente de manière significative.

Les spécialistes en appellent à la gent féminine pour bien connaître, limiter ou éviter ces facteurs, ainsi que la consommation excessive d'aliments salés et gras, l'immobilité, le tabagisme - notamment en association avec des médicaments contraceptifs, l'abus d'alcool, le stress psychosocial, les troubles hormonaux troubles, etc… Cela pourrait retarder ou prévenir l'apparition d'une maladie cardiovasculaire et améliorer considérablement son contrôle.

Sujet populaire