Dr Sofia Halacheva : un résultat au-dessus de la norme ne suffit pas pour diagnostiquer le diabète

Table des matières:

Dr Sofia Halacheva : un résultat au-dessus de la norme ne suffit pas pour diagnostiquer le diabète
Dr Sofia Halacheva : un résultat au-dessus de la norme ne suffit pas pour diagnostiquer le diabète
Anonim

Dr Halacheva, quels tests de laboratoire indiquent un diagnostic de "diabète sucré" ?

- Les critères suivants sont actuellement approuvés par l'Organisation mondiale de la santé pour poser ce diagnostic:

- Une valeur aléatoire de glycémie supérieure à 11,1 mmol/l dans un échantillon prélevé à tout moment de la journée, quel que soit l'intervalle depuis le dernier repas, est révélatrice de diabète. Bien sûr, si les signes cliniques caractéristiques du diabète sont présents - augmentation de la production d'urine, augmentation de l'apport hydrique, perte de poids inexpliquée, etc.

- L'autre critère est lorsque la glycémie à jeun est supérieure à 7,0 mmol/l. Par « jeûner », il faut comprendre qu'un intervalle de 8 heures sans prise de nourriture a été observé.

- Troisième - glycémie à la 2e heure d'un test oral de tolérance au glucose (OGTT - connu sous le nom de test de charge en glucose), effectué conformément aux exigences de l'OMS avec 75 g de glucose - supérieur à 11,1 mmol/l.

- En 2011, l'hémoglobine glyquée (HbA1c) a été ajoutée aux critères diagnostiques. Les valeurs d'HbA1c supérieures à 6,5 % sont considérées comme diagnostiques.

Un résultat de laboratoire anormal suffit-il pour poser le diagnostic ?

- Une fois obtenu un résultat supérieur aux valeurs spécifiées nécessite une répétition. Sauf dans les cas où les symptômes cliniques classiques de l'hyperglycémie sont présents. Le même test peut être répété ou un autre peut être sélectionné. Si les deux tests sont en dehors des valeurs autorisées, le diagnostic est confirmé. En cas de divergence, seul le test qui a des valeurs pathologiques est répété, et si le résultat est répété, il s'agit d'une confirmation du diagnostic. Cependant, gardez à l'esprit que nous parlons du côté laboratoire de la question.Le diagnostic est posé par un endocrinologue spécialisé, qui est tenu de prendre en compte des informations supplémentaires pour chaque patient spécifique.

Le dépistage en laboratoire peut-il être effectué pour détecter le diabète sucré ?

- Les tests de dépistage doivent être effectués chez les personnes qui sont

certains facteurs de risque sont présents

Ce sont, par exemple: le surpoids, les antécédents de la maladie chez les parents de première ligne, l'hypertension artérielle, le taux de cholestérol HDL inférieur à 0,9. Les femmes qui ont donné naissance à un enfant pesant plus de 4 kilogrammes ou qui ont reçu un diagnostic de diabète gestationnel peuvent compter sur un tel dépistage. Cela inclut les personnes souffrant de troubles cardiovasculaires et celles qui mènent une vie sédentaire. La chose pratique dans ce cas est que les mêmes tests de laboratoire - la glycémie à jeun, l'OGTT et l'HbA1c sont utilisés non seulement pour le diagnostic, mais également pour le dépistage du diabète, ainsi que pour la détection du pré-diabète. C'est ici le lieu de mentionner l'existence de marqueurs immunologiques qui peuvent être mis en évidence dans le sang bien avant l'apparition clinique du diabète.Ce sont des auto-anticorps dirigés contre divers antigènes dans les îlots de Langerhans du pancréas. Leur détermination est recommandée pour évaluer le risque de développer une maladie de type I. C'est déjà une question pour les personnes chargées de famille et pour les patientes atteintes de diabète gestationnel.

Comment le niveau de sucre dans le sang du laboratoire est-il contrôlé après le diagnostic de "diabète" ?

- Un bon contrôle de la glycémie devrait inclure la mesure de la glycémie à jeun, c'est-à-dire la soi-disant glycémie postprandiale. Et cela signifie - vérifier le taux de sucre dans le sang 2 heures après avoir mangé et l'hémoglobine glyquée. Lors de la réalisation d'un profil glycémique, la glycémie postprandiale doit être examinée. Les recommandations de la Fédération Internationale du Diabète pour un bon contrôle glycémique indiquent des valeurs de glycémie à jeun de 4,0 à 6,1 mmol/l et une glycémie postprandiale inférieure à 7,8 mmol/l. Les niveaux thérapeutiques cibles sont plus élevés - 7,5 à 8 % chez certains patients, tels que les personnes âgées ou les patients présentant des complications avancées.Ceci s'applique également à

patients avec de nombreuses comorbidités

ainsi que ceux ayant des antécédents d'hypoglycémie sévère. Par conséquent, une approche individuelle de chaque patient est considérée comme la plus correcte.

À quelle fréquence ces indicateurs sont-ils étudiés ?

- L'HbA1c doit être testée tous les 2 à 4 mois dans le cas du diabète de type I et tous les 3 à 6 mois dans le cas du diabète de type II. La fréquence d'examen de tous les indicateurs prend en compte si le niveau de glycémie souhaité est atteint, s'il y a des changements dans le comportement thérapeutique, etc. facteurs.

Qu'est-ce que l'hémoglobine glyquée et quelle est son importance dans le contrôle du diabète ?

- Cette mesure est connue comme l'étalon-or pour évaluer le contrôle glycémique chez les personnes atteintes de diabète. Il contient des informations sur le niveau moyen de sucre dans le sang pour les trois mois précédant l'examen. Il présente les avantages suivants: il est mesuré une fois par jour, le test peut être réalisé à tout moment de la journée et ne nécessite pas de préparation particulière.On pense qu'il est le plus corrélé au développement de complications diabétiques - rétino-, néphro- et neuropathie. Il est également utilisé comme dépistage du prédiabète. L'American Diabetes Association recommande qu'un taux d'HbA1c compris entre 5,7 et 6,4 % soit considéré comme un facteur de risque accru de développement futur du diabète sucré.

Quels autres tests sont recommandés pour assurer un bon contrôle du diabète ?

- Bien sûr, un bon contrôle du diabète n'implique pas seulement le contrôle de la glycémie. Cela comprend des indicateurs de contrôle des facteurs de risque, tels que le profil lipidique, des indicateurs d'état prothrombotique, etc. Pour contrôler la fonction rénale, l'émission d'albumine dans l'urine est examinée. Dans le cas du diabète de type I, elle doit être réalisée 5 ans après le diagnostic - elle se fait une fois par an. Dans le type II - immédiatement après le diagnostic de diabète et avec une fréquence de 1 fois par an. Chaque année, le taux de créatinine sérique est mesuré et le taux de filtration glomérulaire est calculé pour déterminer le degré d'atteinte rénale chronique, le cas échéant.Le rapport albumine/créatinine urinaire est également utilisé.

Sujet populaire