Vasil Mirchev : J'ai été opéré cinq fois à cause d'un cancer du côlon

Vasil Mirchev : J'ai été opéré cinq fois à cause d'un cancer du côlon
Vasil Mirchev : J'ai été opéré cinq fois à cause d'un cancer du côlon
Anonim

Vasil Mirchev est traité pour un cancer du côlon et bien qu'il ait 71 ans, il continue à travailler. Il partage ouvertement son histoire et participe ainsi à la campagne "To have me at home more time" de la Fédération "Bulgarian Patient Forum" pour la prévention du cancer colorectal et le soutien aux patients atteints de cette maladie. Actuellement, il n'existe pas de politique nationale de prévention du cancer. L'initiative est laissée aux patients. Les médecins conseillent à toutes les personnes de plus de 50 ans de passer une coloscopie pour détecter à temps le cancer colorectal et le traiter avec succès.

M. Mirchev, vivez-vous sainement ?

- Je ne peux pas dire que je mange sainement. Je mange de tout, pas de régimes. C'est peut-être un gène que je ne suis pas en surpoids. Mais j'ai fait de l'exercice. Je fais du vélo, je vais nager.

Quelqu'un dans la famille a-t-il eu un problème de santé similaire ?

- Mon père souffrait d'un cancer de la peau.

Vous êtes-vous déjà demandé d'où venait cette maladie ?

- Les médecins ne peuvent pas dire d'où ça vient. C'est juste venu. Les cancers sont très spécifiques.

Avez-vous eu des symptômes de carcinome colorectal ?

- Je n'ai ressenti aucun symptôme. Je n'ai jamais été malade, pas même la grippe. Je n'ai eu aucun problème de santé. Trois semaines avant mon diagnostic, le médecin personnel m'a appelé pour des examens préventifs - ils ont pris mon sang pour des tests, ont fait un électrocardiogramme, etc., mais rien n'a montré d'anomalies. Un dimanche, je suis allé avec des amis gravir le Black Peak de Vitosha. À mi-chemin, j'ai commencé à être essoufflé et j'ai fait demi-tour. J'ai été constipé lundi. Je n'ai pas pu déféquer pendant quatre jours. En attendant, j'allais travailler. Mes collègues ont dit: « Regarde dans le miroir comme tu es jaune ».L'empoisonnement du sang a commencé. Vendredi soir, j'ai commencé à vomir ce qui était presque des matières fécales. Mon fils m'a emmené à "Pirogov".

Le médecin m'a directement dit que j'avais un cancer du côlon

C'est arrivé le 18 août 2012. Le Dr Stefanov m'a opéré à "Pirogov" et a retiré ma stomie (anus preter). J'ai été libéré, mais la plaie s'est enflammée et je suis allé au service d'oncologie de Sofia (SBALO). Après plusieurs cycles de chimiothérapie et de perfusions d'antibiotiques, j'ai obtenu mon congé. Le 7 janvier 2013, j'ai de nouveau été admise dans cet hôpital par le Dr Angelova pour l'ablation de ma stomie. Puis je me suis senti bien. Mais le scanner a montré une tache sur le foie et le 26 avril, j'ai subi une opération du foie. J'ai eu du mal à récupérer, presque trois semaines. En septembre, des formations de ganglions lymphatiques sont apparues. Une autre opération. Un an plus tard, tout était normal. Mais le problème avec les ganglions lymphatiques est revenu et le 6 octobre 2014, j'ai subi la cinquième opération.

Quelle est votre impression des spécialistes, de tout le système de traitement de cette maladie oncologique ?

- Mes impressions sur les chirurgiens sont positives. Mais il vaut mieux ne pas se retrouver dans de telles installations médicales. Je n'avais vraiment pas envie d'aller à la cinquième opération. Je ne voulais plus revivre tout ça. Mais que puis-je faire d'autre ? J'y suis allé.

Je ne déprime jamais

Je prends les choses telles qu'elles sont. Le premier m'a été ouvert de haut en bas et ma stomie a été retirée. La plus difficile et la plus compliquée a été l'opération du foie. L'incision allait du foie sur le dos au milieu de l'abdomen, et plus encore. J'ai eu le plus de mal à m'en remettre. Je me suis senti mal pendant deux semaines. Les cicatrices se cachent. Un an plus tard, la première cicatrice a disparu. C'est ça le problème, les cicatrices.

Comment vous a-t-il donné de l'espoir, quelles prédictions le Dr Angelova vous a-t-il faites ?

- Je ne demande pas et elle ne me dit aucune prédiction. Au moment où il me bandait, il m'a demandé un jour si je buvais de l'aloe vera et si j'utilisais d'autres traitements. Je l'appelle: "Non". Il m'a répondu: "C'est comme ça que ça doit être, le corps récupère naturellement.Et ne croyez pas ce qui est écrit sur Internet, les années 90 de diverses grand-mères. En médecine, c'est la vérité.”

En effet, de nombreux patients atteints de cancer ont recours à des méthodes alternatives, à des traitements complémentaires

- J'ai entendu parler aussi. Même récemment, un ami m'a proposé une recette de remède populaire. J'ai refusé. Je n'écoute pas et ne suis pas de tels conseils. Je ne fais confiance qu'aux médecins. J'ai eu une jeune voisine il y a une trentaine d'années avec une grosseur au sein. Un de ses seins a été coupé. Le médecin a suggéré qu'elle coupe l'autre aussi juste pour être du bon côté. Cependant, son mari a trouvé un guérisseur quelconque. Ils étaient avec ce guérisseur à Shumensko pendant trois mois. Quand il est revenu, le médecin a dit: « C'est trop tard. Deux semaines plus tard, la femme était partie. C'est pourquoi je ne fais pas confiance aux guérisseurs.

Avez-vous eu une chimiothérapie ?

- Oh, je ne peux pas compter le nombre de traitements de chimio que j'ai eus. Même après la première opération au service d'oncologie, j'ai subi plusieurs chimiothérapies. Quand ils ont remis ma stomie en place, quelques chimiothérapies supplémentaires.Après la chirurgie du foie aussi. J'ai une douzaine de traitements de chimiothérapie après chaque chirurgie. Tout le monde dans le département me connaît déjà.

Comment les avez-vous supportés ?

- Après les premières chimiothérapies, qui ont duré trois jours, j'ai marché comme sur des épingles et des aiguilles. Je ne me sentais pas à l'aise. Mais j'ai persévéré. Après la dernière intervention chirurgicale, les chimiothérapies ne durent qu'une heure chacune. L'attente est en fait plus que la perfusion elle-même. D'autres patients me demandent avec quoi j'ai été perfusé, mais je ne le fais pas. Je m'en fiche.

Les médecins connaissent leur métier

S'ils m'expliquent, qu'est-ce que je vais gagner ou perdre ?

Maintenant, quelle est la prochaine étape pour vous ?

- Une autre chimio et un scanner. Si le test montre que tout est normal, il y aura peut-être une nouvelle chimiothérapie, mais pas de chirurgie.

Comment voyez-vous toutes ces épreuves dans votre vie ?

- Positif. Je ne suis pas du genre à être trop impressionné ou déprimé. Ce sont les choses de la vie.Que ce soit d'un cancer ou d'une autre maladie, il mourra à nouveau. Des milliardaires meurent également de cette maladie. Vous savez ce qu'il est écrit sur la colonne d'Omurtag: « Un homme peut bien vivre, il meurt et un autre naît. Comme dans la caserne: "Une fois qu'on est dedans, il faut sortir." Ainsi en est-il de la vie. (rires) Je n'ai pas peur de la mort. Je ne pense même pas à elle. Je vis juste paisiblement. J'ai un petit-fils avec qui j'aime marcher et parler.

Que lui expliquez-vous de votre maladie ?

- Je n'ai jamais caché mon cancer à personne. Tout le monde a compris dès le début. J'ai dit à l'enfant: « J'ai une mauvaise maladie, ça s'appelle le cancer. Mais je lutte avec ça. J'espère que je vais mieux. Mon petit-fils m'a embrassé et c'est tout.

Êtes-vous capable de travailler ?

- Je n'ai pas arrêté du tout. Je n'étais à l'hôpital que quelques jours jusqu'à ce que les opérations soient terminées. Je suis technicien mécanique de profession, je répare des machines à coudre. On m'avertit de ne pas soulever d'objets lourds, mais mon sac à outils pèse une douzaine de livres ou plus.Oui, mais je la récupère. Je vais dans les ateliers de couture avec elle. Mes mains sont fortes.

Sujet populaire