Dr. Dmitry Olkin : Il n'y a aucune preuve scientifique que le sucre cause le cancer

Table des matières:

Dr. Dmitry Olkin : Il n'y a aucune preuve scientifique que le sucre cause le cancer
Dr. Dmitry Olkin : Il n'y a aucune preuve scientifique que le sucre cause le cancer
Anonim

Ces derniers temps, on a beaucoup parlé du lien entre la consommation de sucre et l'accélération du développement du cancer et de la croissance active des tumeurs malignes. La dernière "killer news" fait référence à un développement par des scientifiques de l'Institut flamand de biotechnologie. En principe, personne ne nie que le sucre ne doit pas être exagéré, mais souvent de telles déclarations suscitent la peur chez les gens, ce qui n'est pas non plus souhaitable. Dans le numéro d'aujourd'hui de "Docteur", nous vous présenterons une courte interview liée à cette recherche, avec le Dr russe Dmitry Olkin - oncologue-chimiothérapeute, membre de la Société européenne d'oncologie médicale, de la Société américaine d'oncologie clinique et de la Société européenne d'oncologie gynécologique.Le Dr Olkin souligne également ce que l'on sait aujourd'hui en médecine sur la relation entre la nutrition et le cancer

Dr Olkin, peut-on qualifier de mythe l'affirmation selon laquelle l'utilisation de sucre entraîne le développement d'un cancer ?

- Probablement le plus grand nombre de mythes en médecine sont associés aux maladies oncologiques, et l'affirmation selon laquelle l'utilisation de sucre conduit au développement du cancer est l'une de ces idées fausses courantes. Bien sûr, il n'y a pas de fumée sans feu, donc ce mythe ne se produit pas par hasard.

On sait que les cellules tumorales utilisent en fait une grande quantité de glucose car ce sont des cellules qui ne se différencient pas, mais se divisent très rapidement. Autrement dit, ils n'ont pas besoin de temps et d'efforts pour les transformer en cellules spécialisées de certains tissus et organes. Ces cellules ont besoin de plus d'énergie pour se diviser. Et la source d'énergie la plus légère et la plus accessible est, bien sûr, le glucose. Mais! Cela ne signifie pas du tout que le sucre que nous consommons, entrant dans le corps, commence immédiatement et directement à "nourrir" les cellules tumorales.

Êtes-vous en train de dire que les choses ne sont pas si simples: nous mangeons du sucre et risquons de développer un cancer ?

- Notre organisme a été créé par l'évolution en tant que système complexe et durable, avec des processus à plusieurs niveaux. Et, oui, tout ce qui s'y passe n'est pas aussi simple et linéaire qu'on pourrait le penser. Lorsque nous mangeons quelque chose de sucré, il entre immédiatement en action avec un mécanisme bien huilé - le système endocrinien. Le pancréas est impliqué, qui sécrète l'hormone insuline pour normaliser la glycémie et absorber le glucose. C'est-à-dire que son niveau dans le sang diminue, c'est donc une erreur absolue que le sucre consommé commence immédiatement à nourrir les cellules tumorales, les aidant à se développer et à se multiplier. Quant aux développements scientifiques, il a été démontré que la cellule tumorale utilise plus de sucre que la normale. Mais la recherche ne confirme en rien que si une personne consomme plus de sucre dans son alimentation, elle développera nécessairement une maladie oncologique.Au contraire, les amoureux sucrés surchargeront leur pancréas, prendront du poids et provoqueront le diabète. Mais un lien entre la quantité de sucre consommée et le développement ou la croissance d'une tumeur existante n'a pas été prouvé. De plus, lorsque les chercheurs ont observé des patients cancéreux qui avaient complètement abandonné les sucreries, ils n'ont malheureusement constaté aucune amélioration chez ces patients.

Bref, n'effrayons pas les gens, n'est-ce pas ?

- Ce n'est pas souhaitable et il n'est pas nécessaire d'instiller une peur inutile et injustifiée. Mais je le répète encore, l'abus de sucre n'est en aucun cas anodin. Si une personne mange beaucoup de sucreries, de glucides rapidement digestibles et ne bouge pas suffisamment, l'équilibre entre les calories utilisées et dépensées est perturbé, ce qui entraîne une augmentation des kilos. Cela peut conduire à l'obésité et, dans cette situation, il a déjà été prouvé de manière fiable qu'il provoque un grand nombre de troubles hormonaux. À leur tour, ils conduisent au développement d'un certain nombre de types de cancer - de l'utérus, de l'œsophage, du foie, de l'estomac.

Dr Olkin, existe-t-il actuellement des recommandations diététiques fondées sur la science pour la prévention du cancer ainsi que pour les personnes déjà diagnostiquées ?

- Une recommandation essentielle concerne les patientes atteintes d'un cancer du sein. L'American Society of Clinical Oncology leur recommande d'adhérer à la soi-disant Régime méditerranéen: beaucoup de fruits, de légumes et de poisson. La recherche montre que ce type de consommation et la réduction de la quantité d'aliments riches en calories, de glucides facilement digestibles, peuvent entraîner une diminution du risque de récidive du cancer du sein. Mais pour l'instant, ce sont des études sur une sélection relativement restreinte de patients, ce qui abaisse le degré de crédibilité. Il existe également des études qui montrent que l'utilisation de tomates, riches en lycopène, aide à prévenir le cancer de la prostate.

Sujet populaire