Tereza Marinova : Je me fais vacciner et je n'attrape pas la grippe

Table des matières:

Tereza Marinova : Je me fais vacciner et je n'attrape pas la grippe
Tereza Marinova : Je me fais vacciner et je n'attrape pas la grippe
Anonim

La championne olympique du triple saut Teresa Marinova est née le 5 septembre 1977 à Pleven. À 18 ans, elle est devenue championne d'Europe chez les filles et à 19 ans, elle était déjà championne du monde et détentrice du record. Ses principaux succès féminins sont un titre mondial en salle et une médaille de bronze en extérieur en 2001, un titre européen en salle (2002) et une médaille de bronze en extérieur (1998). Le point culminant de sa carrière a été le titre aux Jeux olympiques de Sydney en 2000. Theresa a arrêté la compétition en 2008 en raison d'une blessure au tendon d'Achille. Maintenant, il a sa propre école d'athlétisme pour enfants et, en même temps, il enseigne à l'Académie nationale des sports. En février 2017, elle a soutenu sa thèse sur le thème "Gestion et réalisation de la forme sportive dans le triple saut féminin". Le grand champion a également donné naissance à deux enfants - Darina (6 ans) et Kalin (4). À la veille de la saison de la grippe, Teresa Marinova est devenue le visage de la campagne éducative "Open for Vaccines". Voici ce qu'elle a partagé à cette occasion pour le magazine "Doctor"

Theresa, qu'est-ce qui vous a motivé à devenir ambassadrice de la campagne Open About Vaccines ?

- Il est très facile de devenir ambassadeur d'une campagne en laquelle vous croyez fermement. Je suis convaincu que grâce aux vaccins nous prévenons les maladies et les conséquences qu'elles auraient sur notre corps. Je suis convaincu que les vaccins sauvent des vies.

Mes enfants ont reçu absolument tous les vaccins, y compris ceux qui ne sont pas obligatoires. J'espère que la plupart des mères prennent soin de leurs enfants comme moi.

Teresa reçoit un diplôme de docteur en sciences du recteur de l'Académie nationale des sciences, le professeur Pencho Geshev

Qui vous a ouvert les yeux sur les bienfaits des vaccins - le médecin généraliste ou quelqu'un d'autre ?

- Malheureusement, ce n'est pas le médecin généraliste qui m'a convaincu aux vaccins, mais les exigences de ma carrière sportive.En tant qu'athlète professionnel, je devais faire très attention à ma santé. Pendant des années, j'ai dû me protéger l'hiver pour m'entraîner pleinement et ne pas attraper la grippe. Pendant la saison d'hiver, nous, les athlètes, avons une compétition importante - un championnat d'Europe ou du monde, que nous ne devons pas manquer ou ne pas être en bonne condition pour le championnat.

Contrairement aux idées reçues sur les athlètes professionnels, que nous ne tombons pas malades parce que nous prenons constamment soin de nous, mangeons bien, suivons un régime d'exercice et de repos, entraînons notre corps quotidiennement, ce n'est pas le cas. En fait, lorsque nous sommes en pleine forme sportive, nous tombons plus facilement malades. C'est exactement pourquoi j'ai décidé de me faire vacciner contre la grippe. Le résultat a été merveilleux - mon vaccin a fonctionné et je n'ai vraiment pas été malade cet hiver. Après cela, il n'y a pas eu une année où je n'ai pas été vacciné contre la grippe. En plus de celui-ci, j'ai de nombreux autres vaccins.

En tant que mère de deux enfants, comment prenez-vous soin de leur santé ?

- Mes enfants ont aussi ces vaccins qui ne sont pas obligatoires mais seulement recommandés. L'un d'eux est le vaccin contre le rotavirus, qui est administré au cours de la période initiale de croissance des enfants, et ils n'ont vraiment pas contracté d'infections à rotavirus.

Pour la santé de mes enfants, je suis les recommandations de notre pédiatre. Je ne les expérimente en aucune façon. Je suis ouvert aux vaccins parce que j'en vois les avantages.

Beaucoup de gens oublient que grâce aux vaccins, la plupart des maladies infectieuses graves ont quasiment disparu. En Bulgarie, la poliomyélite est introuvable, et c'est grâce à un vaccin. En fin de compte, la vaccination est une question de choix personnel. Je me fais vacciner parce que je veux être en bonne santé et parce que je veux protéger mes enfants. Je travaille dans un environnement où je rencontre beaucoup de monde et le risque d'être infecté, par exemple par un virus de la grippe, est très élevé. Ensuite, je peux transmettre la maladie à mes enfants. Par conséquent, je crois que la vaccination est le choix de personnes raisonnables.

Quels médicaments donnez-vous aux enfants et le faites-vous à vous-même ?

- Non. La santé n'est pas une blague. Je ne leur donne jamais de médicament sur la tête. Je ne me permets même pas de me soigner moi-même car cela peut être dangereux. Un traitement inapproprié entraîne des complications et le processus de guérison sera alors beaucoup plus lent. Je conseille donc à toutes les personnes en cas de malaise de contacter des personnes compétentes.

Donnez-vous des vitamines aux enfants ?

- Oui. Parfois on fait aussi de l'immunostimulation, mais tout est coordonné avec le pédiatre de mes enfants.

Teresa, comment avez-vous réussi à être aussi en forme après deux accouchements ?

- Parce que ma vie est très dynamique. Je suis constamment "sur les pédales". J'entraîne aussi des enfants, je suis constamment avec eux au stade. Je suis en mouvement constant devant eux. Je leur montre toutes sortes d'exercices, parfois je m'entraîne avec eux, parfois je rivalise avec eux. Entre-temps, j'ai soutenu mon doctorat à l'Académie nationale des sports.L'enseignement est la nouvelle voie que j'ai choisie.

Teresa avec la médaille d'or olympique de Sydney

Que faites-vous au quotidien pour être en bonne santé ?

- Premièrement, je suis méticuleux en matière de prévention. J'essaie de réagir immédiatement à chaque signal de mon corps. Et en tant qu'athlète qui connaît très bien son corps, je sais arrêter n'importe quelle maladie.

Prenez-vous des médicaments pour quelque chose ?

- Je ne prends presque jamais de médicaments. Une ou deux fois par an, je dois prendre les pilules contre les maux de tête les plus courantes. Pendant que j'étais en compétition, j'ai pris beaucoup de vitamines et de suppléments nutritionnels. Mais mon corps en avait besoin. Je ne prends presque plus de suppléments maintenant.

Le sport est-il bon pour la santé ?

- Le mouvement est très utile. Une bonne activité motrice me sauve des tensions et du stress, qui sont à la base de la plupart des maladies de notre époque.

Les blessures laissées par votre carrière sportive vous appellent ?

- J'ai beaucoup de blessures à cause du triple saut. Heureusement, aucun appel maintenant, même lorsque je m'entraîne relativement dur pour quelqu'un qui ne fait plus de compétition. J'ai récemment participé à un marathon de relais où j'ai couru cinq kilomètres et j'ai donné un assez bon temps. Même après cette aventure, je n'ai pas eu à me plaindre d'anciens traumatismes. Prendre soin de votre santé prend très peu de temps, mais vous vous épargnez alors beaucoup de soucis et beaucoup de bons moments manqués. Au lieu de rester au lit malade, vous pouvez être quelque part avec les enfants et en profiter. C'est pourquoi je peux dire avec audace: "Faites-vous vacciner, suivez une certaine forme de prévention, c'est ainsi que vous prenez vraiment soin de votre santé, et ces soins vous récompenseront".

J'ai subi cinq opérations

Au cours de ma carrière d'athlète, j'ai subi cinq interventions chirurgicales et toutes ont été pratiquées en Finlande par le professeur Yuki Tolikura.J'ai subi une intervention chirurgicale sur mon tendon latéral, les ligaments de la cheville, un os du pied et mon achille. J'ai abandonné le sport après la deuxième opération d'Achille. Ce tendon s'est avéré être mon "talon d'Achille". Les deux fois, j'ai eu une déchirure partielle d'Achille. Ils disent que la meilleure option est d'avoir une déchirure complète afin qu'elle puisse guérir plus rapidement. Mais c'est comme ça qu'on m'a écrit. Le triple saut, surtout pour les femmes, est une discipline assez difficile et il n'y a presque aucun athlète qui n'a pas été blessé. Les sports professionnels ne sont pas pour la santé. Mais ils m'ont bien traité et maintenant je n'ai plus de problème. Le chirurgien m'a dit: "Quand tu arrêteras de faire du sport, tu n'auras plus de douleur." Je n'y croyais pas, mais c'était vraiment le cas

Sujet populaire